B.a ba de la Photo(2)

La prise de vues

Les objectifs :

Il existe une grande variété et une gamme étendue d’objectifs dans toutes les marques. Ils vont du grand angle, qui permet de faire entrer plus d’éléments dans votre cadre, aux objectifs standards (du 40 au 70mm) et les téléobjectifs pour les prises de vues éloignés. Ils ont donc des rapports de grandissement plus ou moins grands.

La notion de budget est omni présente dans l’acquisition d’un objectif. Plus le diaphragme maxi est grand (f/1.2~f/2.8~f/3.5) et à focale égale, plus le prix sera conséquent. Souvenez-vous qu’une grande ouverture permet non seulement de faire des photos par faible luminosité, mais aussi d’obtenir des vitesses d’obturation plus élevées.

Sans entrer dans le détail, la focale (on parle de distance focale) est le nombre qui définit votre objectif : 24, 50, 100, 300, 600, le tout exprimé en millimètres. Un zoom a la particularité de couvrir plusieurs focales : 24-70, 70-200, 100-600, etc.

Il existe aussi des objectifs dédiés à la macrophotographie. Ils permettent une distance de mise au point très près du sujet, ce qui donne un rapport de grandissement important, et donc indispensable pour photographier les sujets minuscules.

Les objectifs sont en général autofocus, mais aussi débrayables en manuel focus. Ils sont souvent spécifiques à votre boitier, mais certains peuvent s’adapter avec des bagues conçues pour.

Le choix de l’objectif à utiliser se fait en fonction des prises de vues que l’on veut obtenir (…).

À vos boitiers

Vous avez un boitier, un objectif, vous êtes à présent paré pour l'aventure. Si vous décidez d'utiliser le mode Auto ou Programme, vos principales préoccupations devraient être le choix du sujet et le cadrage.

Le choix d'un sujet est fonction de vos envies et de votre sens artistique. Laissez libre cours à votre désir de figer une scène.

Le cadrage :

C'est la composition et l'agencement des éléments qui constituent votre photo, la façon dont vous allez arranger les différents éléments qui composent la scène. N'hésitez pas à vous déplacer pour mettre hors cadre ce que vous ne souhaitez pas sur l'image.

Il n'y a rien de plus frustrant que de s'apercevoir en visionnant la photo, qu'un élément parasite s'y est glissé (une auto au loin, une branche devant, un avion dans le ciel, etc.).

Avant le déclenchement, vous pouvez aussi décaler votre visée. Positionnez le sujet dans le cadre du viseur et appuyez à mi-course sur le déclencheur, ce qui mémorise l'exposition et la mise au point. Décalez l'appareil pour modifier le cadrage et cliquez.

L’analyse des résultats que vous obtiendrez seront plus formateurs que le meilleur des pédagogues.

La mise au point :

En mode autofocus (AF), il suffit de placer le sujet au centre du viseur ou du collimateur et de garder la pression à mi-course sur le déclencheur. L'image devrait devenir nette. Si cela vous convient, déclenchez. Si vous maintenez la pression, vous pouvez même modifier votre cadrage, la mise au point ne changera pas.

En mode manuel focus (MF), Il vous faut tourner la bague de mise au point de votre objectif dans un sens ou dans l'autre jusqu'à ce que votre sujet soit parfaitement net. Dans ce mode, si vous avez fait la mise au point sur le sujet, vous pouvez déplacer votre cadrage, la netteté restera ce qu’elle était et votre sujet sera net.

La profondeur de champ (PDC)

La profondeur de champ est la zone en avant et en arrière du sujet qui apparaitra nette sur la photo. Elle se restreint quand on utilise de longues focales. En macrophotographie, la profondeur de champ se mesure en millimètres, parfois moins.

Elle est aussi étroitement liée au diaphragme choisis.

Plus le choix d'ouverture est petit (f1.2 / f2.8 / f4), plus le premier plan et l’arrière-plan du sujet photographié seront flous. Utilisées pour les portraits ou par faible luminosité.

Plus le choix d'ouverture est grand (f11 / f16 / f22), plus la zone du premier plan et celle l’arrière-plan du sujet photographié serons nets.

Il ne faut pas oublier que le choix du diaphragme influe directement sur la vitesse d’obturation.


Le choix du couple Diaphragme/Vitesse d’Obturation

En mode (A) ou (AV), vous choisissez une ouverture et l’appareil adaptera la vitesse. Si votre choix se porte sur une petite ouverture (ex. f16), la zone de netteté sera très étendue en avant et en arrière du sujet, mais il vous faut contrôler que la vitesse soit suffisante pour éviter les flous de bougé. À main levée, si le sujet est immobile, il est communément admis que la vitesse doit être au moins égale à la focale de l’objectif (ex. objectif de 50mm vitesse de 1/60s, objectif de 200mm vitesse de 1/250s). L’utilisation d’un pied vous dédouane de cet impératif. Si le sujet est en mouvement, en fonction de sa vitesse de déplacement, vous devrez faire le choix d’une grande ouverture (f2, f2.5, f4) pour augmenter la vitesse d’obturation, de manière à figer le mouvement (le vol d’un oiseau nécessite 1/2000s ou plus, une personne qui se déplace 1/500s, etc.). Notez que par faible luminosité, vous aurez du mal même à pleine ouverture, à obtenir une vitesse satisfaisante. Si à pleine ouverture la vitesse n’est pas assez élevée, vous devrez faire appel à la sensibilité ISO pour l’augmenter, sauf à vouloir obtenir des effets étonnants.

En mode priorité vitesse d’obturation (S), le diaph s’adapte automatiquement en fonction de votre choix. Pour figer un déplacement rapide, il faut une vitesse élevée (1/1000s ou plus). Là encore, si la luminosité ne permet pas la prise de vue à la vitesse souhaitée, faite appel à la sensibilité ISO (en ISO automatique, l’appareil le fait pour vous).

©Marseyais